Comment agir sur ses propres pensées pour se sentir mieux ?

Rappelez-vous la dernière fois que vous vous êtes senti contrarié… Quelque chose, un événement, a déclenché cet état en vous. Imaginez que vous puissiez agir sur cet état et annuler l’impact de cet événement en vous… Voilà l’humble ambition de ce nouveau schéma 😀

En réalité, ce procédé vous invite à explorer et décortiquer le chemin que suivent, entrelacées vos émotions et vos pensées.

Je vous invite à capturer ce schéma dans votre smartphone, histoire de l’avoir à portée de main à tout moment. Ensuite, tenez-vous prêt(e) lorsque la prochaine contrariété pointera le bout de son nez. Et lorsqu’elle fera son apparition, posez-vous un instant. Kidnappez-vous au reste du monde. Et installez-vous dans un endroit cosy. Armez-vous d’un stylo et d’un carnet et répondez pas à pas à ces 7 questions :

process-mental.jpg

1/ Qu’est ce que vous ressentez à ce moment précis suite à cet événement contrariant ? Et pourquoi ? « Je ressens…(votre émotion) parce que (le comportement factuel observé)  »

2/ Qu’est ce que vous en déduisez ? (formulez la pensée, l’opinion qui vous vient suite à ce constat).

3/ Qu’est ce que cette pensée/opinion crée alors en vous ? Pourquoi ?  (précisez le sentiment que cela suscite en vous, puis les origines de cette opinion : à partir de quelle croyance avez-vous établie votre opinion ?)

4/ Qu’est ce que vous voudriez qu’il se passe ? pourquoi souhaitez-vous cela ?

(Indiquez le comportement désiré chez l’autre ou la pensée souhaitée puis expliquez les raisons de ce souhait).

5/ Qu’en concluez-vous ? Quel type de besoin s’exprime dans ce souhait ? A l’issu de cet événement, où se portait votre attention ?

6/ Au vue du besoin que vous venez d’identifier, quels moyens pourriez-vous trouver pour y répondre ? (faites plusieurs suggestions : je peux…)

7/ Enfin, en conclusion, quelle nouvelle pensée plus bénéfique pour vous, pourriez-vous choisir d’adopter au sujet de cet événement ? L’idée est de déterminer une nouvelle croyance plus positive pour vous (peut-être que…).

N’oubliez pas que chacune de vos pensées négatives, dévalorisantes ou limitantes produit des émotions douloureuses en vous, ainsi que des effets sur votre confiance et votre estime de vous-même. Progressivement, vous contribuez à créer autour de vous un environnement à l’image de vos pensées et croyances. Si vous parvenez à altérer vos croyances limitantes, vous changerez votre référentiel de pensées et d’opinion et par conséquent votre regard sur votre vie. Petit à petit les événements et les émotions changeront à leurs tours et viendront conforter vos croyances déployantes cette fois-ci…

Bonne transmutation mentale 🙂

De quoi avez-vous peur ?

peur

Face à une peur, il est difficile d’agir. Quelle direction prendre pour sortir de cette situation ? Voici les pistes que je vous propose selon la peur à laquelle vous êtes confronté.

Peur d’échouer

Si vous avez peur d’échouer, de faire une erreur, votre enjeu est d’accomplir quelque chose. Recentrez-vous sur les ressources dont vous disposez. Les connaissez-vous ?

Interrogez-vous sur les valeurs qui vous animent. Qu’est ce qui est essentiel pour vous dans les projets que vous initiez ou auxquels vous participez ? Le travail? Le résultat? L’action? La gloire ? La bienveillance? La coopération ? La responsabilité ? Etc.

En explorant vos valeurs, vous remettez au centre votre boussole pour vous orienter vers ce qui vous anime profondément. A ce stade, vous comprenez alors pourquoi vous souhaitez vous lancer dans une certaine direction et donc vous êtes en mesure d’oser passer à l’action quelle qu’en soit l’issu.

Peur du jugement des autres

Lorsque vous craignez le jugement des autres,  vous leur accordez un pouvoir sur vous. Celui de vous reconnaître ou non. Vous semblez oublier qui vous êtes, qu’est-ce qui vous définit. Et vous attendez cette réponse de l »extérieur.

Pour dépasser cette peur, il est nécessaire de se reconnaître de prime abord. Pour se reconnaître, il est bon de cerner ce qui fait sens pour vous, ce qui est important, dans quel but vous faites les choses. A partir de vos valeurs, définissez comment vous souhaitez incarner celles-ci. Quelles seraient le type de projets qui pourraient y répondre ? Ce qui est important pour vous, c’est aussi vos besoins. De quoi avez-vous besoin au quotidien pour être heureux ?

Enfin, pour vous reconnaître, vous devez vous connaitre. Qu’est ce qui vous caractérise ? Quelles sont caractéristiques personnelles ? Quelles sont vos singularités ? Dépassez la logique de qualités ou de défauts. Envisagez plutôt quelles sont vos forces et vos limites actuelles et surtout qu’est ce qui vous rend unique.

En identifiant les buts que vous souhaitez accomplir, les besoins qui vous animent et ce qui fait votre singularité (votre humanité), vous serez en mesure de vous reconnaître dans chacune des actions que vous entreprendrez et donc de ne plus attendre cela des autres. Vous êtes la seule personne qui peut réellement vous reconnaître. La reconnaissance des autres c’est du plus et surtout généralement elle arrive lorsque l’on arrête de l’attendre et lorsque l’on s’est reconnu totalement soit-même.

A travers ce schéma ci-dessus, découvrez, pour toutes ces peurs qui parfois vous animent, quelles pistes vous pouvez explorer en vous-même pour les surmonter… En conclusion, mieux se connaitre reste le meilleur moyen pour dépasser ses limites !